Richelieu
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
5403.41 -0.16% +1.71%

Richelieu

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Richelieu

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

4 visions du marché actions avec Fidelity, Comgest, Gemway Assets et Edmond de Rothschild AM...

Publié le

EOS Allocations organisait une table-ronde autour du thème de la gestion actions… Fidelity International, Comgest, Gemway Assets et Edmond de Rothschild AM ont débattu ensemble lors de la conférence animée par Pierre Bermond.

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Eos%20Avril%202018%203.jpg

 

 

Dans le cadre de cette conférence, H24 Finance a invité le Docteur Lucile Cornet Vernet à parler de l’aventure extraordinaire de sa fondation : la Maison de l’Artemisia.

 

H24 s’est engagé à verser 24 euros par participant présent sous forme de don en faveur de cette fondation soit 2000 euros pour un peu plus de 80 personnes.

 

Au vu de l’intérêt des participants, H24 Finance invitera de nouveau un intervenant dans le même esprit :)

 

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Eos%20Avril%202018%201.jpg

Bertrand Puiffe (Fidelity), Laure Negiar (Comgest), Bruno Vanier (Gemway Assets), Christophe Foliot (Edmond de Rothschild AM)

 

 

Un contexte porteur qui incite… à la prudence

 

CAC 40 à 5500 pts, S&P 500 à 2500 pts, Dow Jones à 25000 pts… les bourses mondiales tutoient des niveaux qu’elles ne connaissaient plus depuis de nombreuses années, battant parfois certains plus hauts historiques. L’environnement semble particulièrement porteur pour le marché actions.

 

Mais malgré ce contexte positif et les bonnes nouvelles économiques qui émaillent l’année 2018, les gérants semblent faire preuve d’une étonnante prudence. « On a l’impression d’un bull market qui s’essouffle » partage Laure Negiar, Gérante de Comgest Monde. Un positionnement qui apparaît plus explicite dès lors que l’on décompose la situation par zone géographique.

 

Sur les marchés émergents par exemple, on observe un ralentissement depuis le début de l’année avec un tassement attendu de la croissance bénéficiaire en 2018 et 2019. « Cela est normal à ce moment du cycle » rassure Bruno Vanier, Président de Gemway Assets. Ce dernier considère que le bull market émergents est encore relativement jeune et se risque à prédire la direction et le timing : « on est dans une correction de milieu de cycle qui devrait s’arrêter pendant cet été » affirme-t-il.

 

En Europe, le marché prend beaucoup de recul par rapport aux évènements politiques et l’on remarque beaucoup moins de volatilité. « Et la saison des résultats est intéressante puisque globalement, les sociétés qui sont chères et que tout le monde a en portefeuille ont continué de délivrer » estime Bertrand Puiffe, Gérant de portefeuille chez Fidelity. Il remarque cependant certains secteurs « à la casse » comme celui des télécoms.


Un constat similaire peut être fait du côté des Etats-Uniscertains secteurs dont les télécoms sont en baisse depuis 10 ans. « On n’est pas négatifs au sein de ces valeurs mais il faut être sélectif » prévient Christophe Foliot, Gérant actions américaines chez Edmond de Rothschild AM.

 

 

Voici venu le temps de la gestion Value ?


« Aux US, il y a eu des écarts historiques entre Value et Croissance. Depuis quelques années l’approche Value ne marche plus. Mais la caractéristique d’un gérant Value, c’est d’être patient » poursuit Christophe Foliot. Un début d’échange qui a rapidement ouvert la boîte de Pandore de la gestion actions.

 

Par essence, Gemway Assets a un profil orienté Croissance car investissant sur les émergents. La société reste ainsi peu enthousiaste sur la Value. « En acheter parce que ce n’est pas cher n’est pour nous pas une bonne raison » déclare Bruno Vanier. Il juge ainsi qu’une banque pas chère qui ne change pas le restera… ou perdra même toute sa valeur. « Avant d’aller à zéro, on est toujours de la Value » ajoute le gérant qui n’en achète que lorsqu’il pense qu’il va se passer quelque chose sur le titre.

 

En revanche, Fidelity a une approche « Value Contrariante » et n’hésite pas à le revendiquer en allant chercher des titres « mal-aimés ». S’il reconnaît que la Value est « en ce moment au fond du trou » alors que la Croissance « caracole en tête », Bertrand Puiffe constate qu’il n’y a historiquement pas eu de décorrélation entre la Value et les taux longs US. Or, et pour la 1ère fois depuis début 2014, le 10 ans US a dépassé en avril le seuil symbolique des 3%. « Si cela se confirme, ça va déclencher une phase de réallocation vers la Value » anticipe le gérant.

 

Finalement, Comgest évalue que le match Value Vs Croissance est un peu un faux débat. « Pour nous la Croissance, c’est la Value qui a fonctionné » arbitre Laure Negiar. Et un titre comme Microsoft en est l’illustration.

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Eos%20Mai%202018%203.JPG

 

Ce très cher marché actions…

 

« J’aimerais pouvoir vous dire l’inverse mais le marché est cher, très cher » avoue Laure Negiar.

 

Si les sociétés de gestion admettent que les valorisations sont particulièrement élevées, elles trouvent néanmoins le moyen de relativiser la cherté du marché actions.
Comgest insiste ainsi sur la sélection des titres afin de trouver les poches intéressantes pour se protéger. La société va ainsi fortement surpondérer le Japon via sa gestion globale. « On y trouve plusieurs pépites » explique la gérante. De la croissance très peu chère qu’elle trouve, en relatif, moins aux Etats-Unis.

 

Une zone où les taux d’intérêts faibles ont aidé les sociétés à avoir des expansions de multiples. « On nous dit que les marchés américains sont chers… On nous disait la même chose à la fin des années 90 mais on n’est pas dans la même situation ! » se défend Christophe Foliot. En effet, les taux seront plus hauts dans le futur et cela va peser sur certains secteurs. De fait, Edmond de Rothschild AM concentre notamment ses investissements sur 3 secteurs : la santé, les valeurs financières et l’énergie.


« Faut pas rêver, le luxe c’est cher mais si ce n’est pas cher ce n’est pas du luxe ! » reprend Bruno Vanier de Gemway qui y voit là des « croissances très intéressantes ».



Quels éléments surveiller en ce moment ?

 

Les gérants sont particulièrement attentifs à certains catalyseurs pouvant orienter la direction des marchés.

 

Fidelity regarde notamment les matières premières, sous-investies depuis plus de 5 ans. Et le pétrole reste un secteur où la demande est en croissance où l’on met plusieurs années à monter les capacités. « On va clairement avoir de l’inflation tirée par ces matières premières. Si l’on n’est pas sur ces valeurs, on peut avoir des performances pas très sympathiques » avertit Bertrand Puiffe.

 

Pour Gemway, le dollar pose un sujet en matière de macroéconomie. A court-terme, un dollar qui monte rend le coût de financement des émergents plus cher ce qui impacte négativement ces marchés. « Mais ce n’est pas forcément pénalisant à moyen-terme » nuance le gérant qui surveille également Donald Trump car les Etats-Unis ont un sujet concernant leur déficit commercial avec la Chine.

 

Ce que Comgest regarde attentivement, ce sont les marges des entreprises. A l’échelle mondiale, elles sont à leur niveau le plus élevé depuis longtemps. Laure Negiar pense que les analystes n’ont pas tout à fait intégré tout ce qui pourrait affecter les niveaux de marge. Elle sous pondère ainsi les valeurs bancaires et évite le secteur de l’énergie. « On a plus de mal à y avoir de la visibilité. Or, quand on investit c’est pour garder le titre au moins 5 ans » précise la gérante.

 

De son côté, Edmond de Rothschild AM demeure extrêmement vigilant à court-terme sur le niveau des taux longs. « Il y a des inversions sectorielles dès que l’on passe les 3% sur le 10 ans US » informe Christophe Foliot.

 

 

Les actions, oui mais comment ?

 

Les manières d’aborder le marché actions sont multiples et chaque gérant fait valoir sa différenciation qui permet de déterminer la place de leur fonds au sein d’un portefeuille.
Fidelity France met en avant sa décorrélation par rapport aux autres fonds du marché. « Regardez nos 10 principaux concurrents Actions France, on ne partage même pas 10% des titres avec eux » argue Bertrand Puiffe.

 

Pour investir sur les émergents, Gemway Assets favorise un véhicule disposant d’une grande flexibilité. « C’est une lapalissade, mais un fonds plus petit est plus flexible » avance Bruno Vanier dont le fonds Gemequity atteint désormais plus de 650 millions d’euros d’encours.

 

Enfin, Edmond de Rothschild AM décrit un marché américain profond avec beaucoup de résilience. « Donc même si on se trompe sur le timing, ce n’est pas si impactant à long-terme » se réjouit Christophe Foliot.

 

Comgest Monde se veut proposer un portefeuille très différent des autres. « Notre fonds est un 4x4 qui surperforme notamment dans les marchés baissiers » clame Laure Negiar. Elle envisage d’ailleurs qu’il est peut-être temps de réduire la voilure. « Et tant pis si on en laisse un peu sur la table ! On est un peu plus parano que d’habitude car la hausse peut bien continuer 24 mois mais on est relativement moins sereins » s’inquiète-t-elle.

 

« D’où l’intérêt d’un fonds contrariant ! » rebondit Bertrand Puiffe.

 

 

Pour en savoir plus sur les fonds Fidelity International, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur les fonds Edmond de Rothschild AM, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur les fonds Gemway Assets, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur les fonds Comgest, cliquez ici.


@H24Finance
Richelieu

Buzz H24


Richelieu

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Richelieu

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


Richelieu

Richelieu