Sycomore
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
5009.64 -0.48% -5.63%

M&G investments

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Swiss Life REIM

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

L'interview d'un gérant 100% micro caps...

Publié le

Entretien avec Sébastien Lagarde, gérant de Mandarine Europe Microcap et Mandarine Global Microcap.

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Sebastien Lagarde.jpg

Sébastien Lagarde, gérant de Mandarine Europe Microcap et Mandarine Global Microcap

 

 

H24 : En 2015, vous avez rebaptisé le fonds Mandarine PME en Mandarine Europe Microcap. Pour quelles raisons ?

 

Sébastien Lagarde : Je suis arrivé en mai 2015 chez Mandarine Gestion pour créer un fonds mondial de micro caps. Marc Renaud, le président, m’a proposé de reprendre également un fonds éligible au dispositif fiscal PEA-PME, Mandarine PME. Comme je gérais auparavant chez AXA IM, où j’ai passé 16 ans, un fonds de micro caps européennes éligible au PEA-PME, Marc Renaud m’a incité à gérer Mandarine PME et à le repositionner sur un univers d’investissement que je connaissais. Au mois d’août 2015, je l’ai donc transformé en un fonds qui s’appelle dorénavant Mandarine Europe Microcap et nous avons changé le benchmark du fonds, le DJ Stoxx Small 200 par le MSCI Europe Microcap.

 

 

H24 : Aujourd’hui, nous avons regardé, les performances sont là…

 

Sébastien Lagarde : Oui, nous avons bien marché, l’univers est porteur, nous avons délivré de la surperformance tous les ans et dans un cadre de risque bien discipliné.

 

 

H24 : On sait les micro caps moins sensibles à la macroéconomie, l’avez-vous vérifié ?

 

Sébastien Lagarde : Je gère un fonds de micro caps européennes et un autre de micro caps mondiales. Il ne faut pas se leurrer quand même, les deux fonds sont en actions, investis en permanence à 100 %, donc ils ont toujours une connexion avec les marchés actions. Mais, sur les moyen et long termes, le beta des micro caps est largement inférieur à 1 (elles amotissent les mouvements de marché).

 

Toutefois, pour être plus précis, les micro caps ne sont pas moins volatiles, mais un portefeuille bien diversifié de micro caps est moins volatil qu’un portefeuille de grandes valeurs car ces valeurs sont très décorrélées les unes par rapport aux autres. Je l’ai vérifié dans à peu près toutes les configurations de marchés depuis 2005.

 

 

H24 : Vous parliez de deux fonds, un fonds Europe qui est donc éligible au PEA…

 

Sébastien Lagarde : Oui, Mandarine Europe Microcap qui est éligible au PEA et au PEA-PME.

 

 

H24 : Comment est-il ventilé ?

 

Sébastien Lagarde : C’est une bonne question, parce qu’il se distingue de la plupart des fonds PEA-PME qui sont souvent des fonds d’actions françaises ou des fonds zone euro, en étant paneuropéen, avec en moyenne 50 % hors de la zone euro, avec près de 30 % sur le Royaume-Uni, véritable vivier des micros caps en Europe, 13 % sur la Suède, et un peu de Suisse, de Norvège, etc.

 

Les pays prépondérants sur la partie zone euro sont la France à hauteur de 13 %, et l’Allemagne avec 12 %.

 

 

H24 : Et pour Mandarine Global Microcap ?

 

Sébastien Lagarde : Nous avons à peu près un quart d’actions américaines, un quart d’actions européennes, un quart d’actions japonaises et un quart sur les autres pays développés, essentiellement sur le Canada et l’Australie et un peu sur Hongkong, Singapour, Israël et Nouvelle-Zélande.

 

Les pays émergents, essentiellement la Corée du Sud, représentent moins de 4 % du portefeuille.

 

 

H24 : Quelle est votre méthode pour trouver des valeurs ?

 

Sébastien Lagarde : Le problème des micro caps est qu’elles représentent 2 % de la cote, mais elles constituent la moitié des sociétés cotées, il y en a plus de 22 000 dans le monde. Nous ne pouvons donc pas toutes les connaître. Ce qui explique qu’il n’y a pratiquement pas de sociétés de gestion d’actifs qui osent se lancer dans cet univers d’investissement, car il faudrait des dizaines d’analystes buy side pour y gérer de manière classique. Nous pensons même que le fonds Mandarine Global Microcap est un fonds unique, nous pensons que nous sommes les seuls à faire des micro caps à l’échelle mondiale.

 

Alors pourquoi je me suis lancé dans cet univers ? Parce qu’à la base, en 1997, j’ai débuté sur les marchés financiers comme analyste quantitatif. J’ai donc développé des modèles de sélection d’actions. Je me suis rendu compte que ces modèles fonctionnaient mieux sur les petites valeurs. Ils peuvent être utilisés partout dans le monde et permettent d’exploiter les inefficiences dues à la faible liquidité de ces sociétés en bourse. Mes modèles quantitatifs que je fais tourner au début de chaque mois me permettent d’élaguer plus de 95 % de mon univers d’investissement. Je me retrouve donc avec une liste de 700 valeurs intéressantes qui génèrent de la croissance, qui ont des valorisations attractives, plutôt une bonne solidité financière et qui, en termes de price momentum et d’indicateurs de sentiment de marché, sont bien orientées pour éviter les problématiques de liquidité. A partir de cette liste, nous allons pouvoir faire un travail plus classique de construction de portefeuille.

 

 

H24 : Combien avez-vous de valeurs en portefeuille ?

 

Sébastien Lagarde : Si l’on fait la somme de mes deux portefeuilles, cela fait à peu près 450 sociétés différentes, 180 sur le fonds européen et 335 sur le fonds mondial.

 

Vous pourriez penser que c’est un nombre colossal, mais ces sociétés ne délivrent pas des nouvelles tous les jours. Le suivi en est donc simplifié, une vingtaine d’informations par jour au total. Cependant, je ne suis pas seul, je suis aidé par un analyste financier qui suit les positions asiatiques et, avant la fin de l’année, un analyste suivra nos positions américaines.

 

 

H24 : Une question que l’on doit souvent vous poser, comment gérez-vous le risque de liquidité ?

 

Sébastien Lagarde : C’est le principal risque. Alors pour faire face, nous avons trois grandes façons de faire. La première est de ne s’intéresser qu’aux sociétés qui ont une vie boursière décente. La deuxième est d’avoir un très grand nombre de sociétés dans le portefeuille. Et la dernière, c’est de mettre une limite aux encours que nous sommes prêts à gérer sur cet univers, afin de garder des fonds « agiles » : nous souhaitons pouvoir vendre 50 % de nos encours en moins de 5 jours.


 

Pour en savoir plus sur Mandarine Gestion, cliquez ici.


@H24Finance
Adequity
M&G investments

Buzz H24


M&G investments

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Swiss Life REIM

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Swiss Life REIM

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


Sycomore