CPR AM
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
5518.55 -1.42% -7.69%

Jupiter AM

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Syquant Capital

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Inocap Gestion

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Le leader français de la gestion retrouve des couleurs...

Publié le

Ces dernières années, la plus belle success-story de la gestion indépendante française semblait marquer le pas.

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Carmignac%20Octobre%202020.jpg

Les encours de Carmignac Gestion, après avoir atteint 60 milliards € mi-2017, avaient reculés jusqu’à 31 milliards € fin 2019. En cause, des performances en demi-teinte, et une année « inacceptable » pour le navire amiral Carmignac Patrimoine en 2018 (-11,29%), de l’aveu même du fondateur Edouard Carmignac. Mais 2020 signe le retour en force de la société de gestion.

 


Une remise en question qui commence à porter ses fruits

 

La décennie 2010 semble désormais tournée pour Carmignac Gestion qui affiche sa meilleure forme cette année avec des performances retrouvées sur les fonds et une collecte qui redémarre (34 milliards € d'actifs sous gestion à fin septembre)… alors même qu’une crise majeure sévit sur l’économie et les marchés. « C'est pour moi l’une des plus grandes leçons de cette crise : voir comment l'entreprise a fonctionné. Les bonnes performances traduisent le fait que les équipes ont réussi à rester très soudées et à s'inspirer mutuellement. Non seulement les équipes de gestion mais aussi les équipes commerciales », souligne le boss Edouard Carmignac.

 

Un retour sur le devant de la scène en partie attribué à la création d’un comité d’investissement stratégique (composé de Frédéric Leroux, Rose Ouahba, Didier Saint-Georges, David Older et Edouard Carmignac lui-même), mais aussi au recrutement massif effectué ces dernières années au sein de l’équipe de gestion. « Toutes les graines que nous avons plantées, c’est maintenant que nous en voyons les jeunes pousses », se réjouit Maxime Carmignac, Directeur Général Carmignac UK.

 

Car c’était là tout l’enjeu de la société, alors que depuis fin 2018 Edouard Carmignac prend du recul sur la gestion : retrouver des performances à la hauteur pour concrétiser le passage de relais. Mais les gérants doivent-ils malgré tout demander « l’autorisation » d’Edouard Carmignac dans leurs décisions d’investissement ? « Ce serait mal le connaître, rétorque Didier Saint-Georges, hors de question pour lui que le gérant ne soit pas responsable de sa performance ! ».

 

Au contraire, Carmignac assure aux gérants leur liberté, même si le maître-mot reste la discipline. « Cette discipline n’empêche pas d’avoir des convictions fortes pour ne pas rendre la gestion tiède », précise Ariane Tardieu, Directeur du Développement France. En somme, une gestion de conviction… disciplinée.

 

 

Un scénario A prudent mais un scénario B plus favorable

 

Carmignac dresse un tableau mitigé de la situation macroéconomique et annonce une certaine prudence malgré la reprise observée ces derniers mois. « Le rebond en V de l’économie mondiale devrait se muer en une reprise plus modérée l’an prochain qui laissera le PIB mondial toujours sous son potentiel de production », estime le chef économiste Raphaël Gallardo.

 

Un climat d’incertitude, déjà présent avant la pandémie, qui s’observe dans le comportement des investisseurs. « Il y a beaucoup de pessimisme, cela se traduit par des sorties depuis 2 ans sur les marchés actions », constate Frédéric Leroux, gérant global. En effet, les flux depuis 2019 sont négatifs à hauteur de 514 milliards $ pour les actions contre 925 milliards $ de flux positifs sur les obligations et 1627 milliards $ de liquidités supplémentaires.

 

Nous sommes cependant dans un contexte apprécié par les marchés : pas trop de croissance, pas de menace inflationniste, mais de la liquidité. Dans ce contexte, Frédéric Leroux conserve de belles valeurs de croissance de long-terme. Si certains estiment que les valeurs technologiques à forte croissance ont atteint des niveaux trop élevés, ce n’est pas la vision du gérant.

 

Il évoque par ailleurs un scénario alternatif où l’environnement deviendrait plus favorable. Si cela se produisait, il reviendrait sur les valeurs cycliques qui ont souffert, et sur les émergents où l’on assiste peut-être à « une revanche après 10 ans de sous-performance ». Et dans ce cas de figure, Carmignac se dit prêt à faire rapidement évoluer les portefeuilles grâce à leur agilité.

 

 

Carmignac Patrimoine de nouveau performant dans la crise

 

2020 sonne le retour d’une crise majeure sur les marchés. C’est aussi l’occasion pour Carmignac Patrimoine de retrouver des couleurs en se hissant en tête des fonds patrimoniaux depuis le début de l’année. Un pari réussi pour le duo de gérants aux manettes depuis qu’Edouard Carmignac a passé la main sur le fonds. « Cela fait 2 ans que l’on a les clés du camion et c’est la première fois que l’on teste les freins », illustre la co-gérante Rose Ouahba, heureuse de ce succès dans un environnement de marché difficile.

 

Et pourtant, la recette reste la même que pour les années précédentes : une forte diversification et de la flexibilité. « C’est culturel, c’est dans nos racines, c’est à l’intérieur de nous », rappelle Rose Ouahba. Mais les convictions semblent cette fois payantes, avec en particulier une exposition sur les taux européens (Italie, Grèce, Roumanie…) et sur la dette émergente. A partir de mars/avril, le portefeuille de Carmignac Patrimoine s’est par ailleurs renforcé sur les obligations privées en se concentrant sur les secteurs en première ligne (tourisme, complexes pétroliers, banques…). « Nous l’avons appris en 2008, dans ces cas-là, ces entreprises travaillent pour les porteurs de dette et oublient les dividendes », indique la gérante. Le crédit représente aujourd’hui près de 31% du fonds.

 

Côté actions, l’univers de taux bas est un avantage pour le co-gérant de Carmignac Patrimoine David Older, dont le cœur de portefeuille est tourné vers les valeurs de croissance. 39% du fonds est investi sur la technologie, la consommation et les services aux communications. La diversification est sectorielle mais aussi géographique puisqu’il y a 8% d’actions chinoises dans le fonds.

 

  • Carmignac Patrimoine : +5,98% YTD
  • Carmignac Portfolio Emerging Patrimoine : +8,42% YTD
  • Carmignac Portfolio Patrimoine Europe : +7,19% YTD
  • Carmignac Unconstrained Global Bond : +2,13% YTD
  • Carmignac Portfolio Unconstrained Euro Fixed Income : +6,09% YTD


Pour en savoir plus sur les fonds Carmignac Risk Managers, cliquez ici.

 

 

Cet article a été rédigé par la rédaction de H24 Finance pour Boursorama. Tous droits réservés.


@H24Finance
Amplegest
Jupiter AM

Buzz H24


M&G investments

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Syquant Capital

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Inocap Gestion

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


CPR AM