Natixis

Actualité

Contagion entre les obligations du G4

Publié le 13 octobre 2016

Points clés

  • Nous construisons un indice de contagion pour mesurer la transmission des chocs sur les marchés du G4.
  • L'indice est cohérent avec les évènements économiques et financiers de la période.
  • Depuis 2015, l’indice de contagion de volatilité est élevé au regard de sa moyenne historique.
  • Sans surprise, les programmes d'assouplissement quantitatif ont un impact global sur les taux par le biais des effets de contagion.
  • Les effets de contagion depuis le Japon ont par exemple récemment été beaucoup plus importants que par le passé. Le Japon est actuellement un marché « émetteur net » d’effets de contagion vers les autres marchés.
  • Suite au programme d’achats de titres du secteur public (PSPP) de la BCE, l'influence du Bund sur les marchés du G4 a augmenté depuis mi-2015. Mais l'influence des bons du Trésor américain sur le Bund reste prédominante et requiert une certaine attention.
  • Les Gilts sont très exposés aux effets de contagion : les Etats-Unis et l’Allemagne sont responsables respectivement de 28% et de 15% de la volatilité des Gilts.
  • Les détenteurs d’emprunts d'État américains peuvent généralement se fier à l’analyse américaine pour évaluer leur investissement. Les bons du Trésor américain sont largement isolés des chocs provenant du reste du monde (87% de leur volatilité est due à des facteurs domestiques).

Retrouvez le document sur notre site sur le lien suivant : Accès à notre Recherche