Russell
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
5696.9 -0.09% +20.42%

Aviva Investors

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Adequity

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

H2O AM vous explique comment ils font de la perf…

Publié le

 

http://files.h24finance.com/jpeg/Vincent%20Chailley%20H2O%20Septembre%202019.jpg

Après les événements du mois de juin, plus de 600 conseillers financiers attendaient avec impatience l’intervention de H2O AM à l’occasion de la conférence de rentrée Natixis IM.

 

 

A nouveau, Mehdi Rachedi, Directeur des Partenariats chez H2O AM, semblait ravi d’accueillir Vincent Chailley, co-fondateur avec Bruno Crastes de la boutique : « C’est un moine Shaolin hyper zen que rien ne peut affecter, ni les aléas de marché ni les bruits de court terme. »


Ce qu'il fallait retenir de l’intervention de Vincent Chailley, Directeur des Gestions et Fondateur Associé de H2O AM :

 

 

Wall Street contre Main Street

 

Le gérant est venu expliquer certains paradoxes : « Pourquoi les marchés sont si noirs ? Pourquoi on a des traders à la limite du mode panique, et de l'autre côté une économie qui ne va pas si mal ? Pourquoi un écart si important entre Wall Street, qui a peur, et Main Street, qui ne va pas si mal ? »

 

Il décrypte ainsi une structure du marché qui a fortement changé entre 2010 et 2019. Alors qu’il existait un équilibre entre banques, gérants actifs, investisseurs passifs / long terme, et les traders, les banques sont désormais beaucoup plus petites et les gérants actifs moins nombreux : « On a officiellement vu fin août la quantité de gestion passive mondiale dépasser la gestion active. Cela change le rapport de force et laisse davantage de place aux traders. »

 

D’après Vincent Chailley, un 2ème phénomène est venu se mêler à ça : celui des médias. Il critique le fait d’être systématiquement abreuvé d’informations économiques : « Cela donne un porte-voix à ceux qui vivent et profitent du bruit : les traders. Ce sont un peu les gilets jaunes du marché, ils ne sont pas très nombreux mais ils savent se faire entendre. » Il suggère donc de garder en tête ce biais pour s’extraire du bruit.

 

Selon lui, il faut s’attendre à des banques encore plus petites sous la pression réglementaire et à de la gestion passive toujours plus importante, parce que les gérants actifs ont de plus en plus de mal à faire mieux que le marché. « Cela devient très difficile d’investir au sens classique. Pour beaucoup de gérants actifs, la survie consiste maintenant à faire un peu de marketing en suivant le sens du vent pour essayer de s’accrocher aux actifs qui restent. Et à justifier des fees qui sont souvent plus élevés que la gestion passive » constate le gérant.

 

 

Est-ce le marché ou l’économie qui a raison ?

 

Pour illustrer la bonne santé de l’économie, Vincent Chailley démonte la plupart des idées reçues souvent entendues dans les analyses de marché :

 

  • La pression populiste augmente en tendance – FAUX : « C'est le fruit d'un seul pays en Europe, l'Italie. Dans tous les autres pays le populisme baisse. »
  • L’instabilité politique est très forte – FAUX : « Elle en même plus faible que la moyenne des 30 dernières années. Le Brexit est une commedia dell’arte. En Italie, cela fait 70 ans qu’ils ont un gouvernement tous les 14 mois, là il a duré 15 mois. »
  • La guerre commerciale mènera le monde droit à la récession – FAUX : « A moins d’imaginer une escalade très forte, l’impact économique est faible. »
  • Il n'y aura plus jamais d'inflation – FAUX : « Attention danger, l'inflation n'est pas un animal qui disparaît comme ça. On peut mettre la poussière sous la moquette, un jour ou l’autre il faudra nettoyer tout ça. L’inflation, pour les marchés financiers, c’est le pire ennemi. »

 

Là où beaucoup s’affolent pour les 3 premiers points, le 4ème est le plus dangereux selon H2O AM.

 

 

Comment gérer cela ?

 

  • Ne pas tomber dans le piège de la donnée quotidienne, il faut regarder la "vraie" donnée économique. « La mauvaise nouvelle est qu’il faut des ressources. On ne peut plus comme il y a quelques années demander aux banques ce qu’elles pensent : tout est biaisé. Il faut faire le boulot à la maison, il n’y a pas le choix si on veut une observation neutre ». H2O a beaucoup investi dans les ressources internes : une dizaine d’analystes quantitatif et 20 spécialistes de marché.
  • Garder en tête d’avoir un horizon d’investissement : « Plus on reçoit des informations à longueur de journée, plus on a tendance à raccourcir sa lecture du marché. Ça c’est très mauvais, on finit par se faire balader et c’est ce que Wall Street cherche, vous laver. »
  • Ne pas hésiter à avancer face au vent et aller contre les idées reçues. « La paresse sur les marchés ça marche rarement très bien. On n’hésite pas à aller regarder ces actifs que souvent les investisseurs délaissent parce qu’ils ne sont pas politiquement corrects et ne rentrent pas bien dans les cases. »
  • Favoriser les actifs à forte prime. « On n’a jamais eu dans l’histoire des marchés autant de distance entre les actifs sans risque et ces actifs à forte prime. Pour en trouver, il faut aller sur ce qui n’est pas politiquement correct : les émergents un peu "sport" qui ne sont pas investment grade, les secteurs value sur les actions dont personne ne veut depuis 5 ans, la dette privée, le private equity… La pire ou la meilleure de toutes, on la trouve finalement dans des marchés liquides, ce sont les actions qui sont volatiles. La volatilité, ça ne plaît pas au régulateur et en général pas tellement au client. On dort peut-être un peu moins bien la nuit, n’empêche que la prime que vous trouvez dessus est historiquement très élevée. »

 

 

La petite liste de recommandations de Vincent Chailley pour la fin de l’année :

 

Où H2O trouve de la valeur

 

  • Les secteurs value : « La plus belle opportunité du marché aujourd’hui. »
  • Le change des marchés émergents : « On a là de très belles primes de risques. »
  • Les actifs à forte prime (Argentine, Venezuela…)

 

Au contraire, ce que H2O veut éviter

 

  • Le crédit obligataire : « Les investisseurs, notamment en Europe, sont presque forcés d’en acheter. Il y a donc probablement encore un peu de dynamique, mais il est déjà temps de réfléchir à la sortie de cette position. »
  • Les secteurs défensifs indexés aux taux d'intérêts : « Attention, le danger est beaucoup plus immédiat que sur le crédit. Pour le coup il faut s’en aller maintenant. »
  • Les actifs refuge (or, treasuries, yen...) : « Ils n’ont pas de valeur intrinsèque, ils vous protègent vaguement contre la volatilité à court-terme, et ils coûtent chers à détenir. Donc ça ne sert à rien d’aller s’embêter avec ces actifs refuges. »

 

 

Quelques performances de fonds H2O AM depuis le début de l'année :

 

  • H2O Multistrategies : +18,10% YTD
  • H2O Moderato : +6,03% YTD
  • H2O Multibonds : +32,33% YTD

 

 

 

Pour en savoir plus sur les performances des fonds H2O AM, cliquez ici.


@H24Finance
Urban Premium
Aviva Investors

Buzz H24


Aviva Investors

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Adequity

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Adequity

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


Russell