Mainfirts
CAC 40 Perf Jour Perf Ytd
4730.66 -1.77% -20.87%

Eleva Capital

Perf. YTD
Diversifiés/Flexibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Pictet AM

Perf. YTD
OPCVM Actions

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Perial

Perf. YTD
OPCVM Absolute Return

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

3 stars de la gestion vous livrent les éléments-clés à observer pour bien naviguer sur les marchés...

Publié le

 

http://files.h24finance.com/jpeg/EOS%20septembre%202020.jpg

Les marchés européens ont fortement rebondi depuis les plus bas, les marchés US enregistrent de nouveaux records, les GAFAM semblent en mode bulle... qu'attendre des marchés dans les prochains mois ? EOS Allocations avait invité 3 experts pour répondre à cette question. Pour visionner le replay complet, cliquez ici.

 

 

Une forte polarisation au sein des indices

 

Le choc économique connu en 2020 a été d'une telle violence que la macroéconomie n'aide plus vraiment pour décrypter la bourse. En résulte une extraordinaire polarisation qui se reflète dans les marchés. A l'intérieur d'un indice, il y a en réalité des dispersions absolument considérables. Certains secteurs économiques ont en effet été laminés par cette crise, à contrario d'autres ont été renforcés. « Dire que les marchés ont monté n'est pas rendre compte de la réalité qui est que l'énergie ou les banques ont perdu 35% en bourse depuis le début de l'année, quand la technologie a fait le mouvement inverse. C'est très différent d'un cycle économique classique », note Didier Saint-Georges (membre du comité d'investissement de Carmignac Gestion). Décuplé par le fait que la technologie représente de plus en plus de parts de l'indice, il y a forcément une dichotomie forte entre le marché et l'économie.

 

« Il y a du vrai dans cette approche », concède Florent Delorme (stratégiste chez M&G Investments), qui précise que les secteurs fortement touchés par la crise et ceux qui s'en sortent mieux sont malgré tout interdépendants. « C'est peut-être moins binaire qu'on peut le dire. Tout est très lié, ce ne sont pas deux mondes séparés », prévient-il. Pour exemple, les difficultés touchant le secteur de l'automobile vont nécessairement affecter ses partenaires comme le secteur de l'informatique.

 

 

Des plans de relance d'une ampleur inédite

 

Cependant, le bon point dans cette crise a été la réactivité des banques centrales mais aussi des gouvernements. « Cela a été une différence majeure par rapport au dernier grand choc de 2008/2009 », souligne Yoann Ignatiew (gérant chez Rothschild & Co Asset Management). « Nous n'avons jamais vu de coordination aussi forte entre les banques centrales et les gouvernements. C'est du "Keynes" puissance 10 ! » renchérit Didier Saint-Georges de Carmignac.

 

Cela signifie-t-il qu'il y aura de bonnes surprises économiques pour les années à venir ? « Ce sera en tout cas un facteur structurel d'un certain maintien de niveau de la croissance économique mondiale », répond Yoann Ignatiew de Rothschild & Co AM. Il estime que le maintien d'une forme de croissance de l'économie mondiale autour de 2 ou 3% peut être assurée par cette activité sur les plans de relance.

 

Malgré cela, Florent Delorme de M&G Investments table sur une croissance potentielle en sortie de crise inférieure à celle avant la crise. « Le marché est déjà allé beaucoup trop loin dans l'anticipation des plans de relance », nuance-t-il.

 

 

Un marché à venir plutôt haussier ou baissier ?

 

D'après un sondage mené par la société EOS Allocations auprès de 500 conseillers financiers, les professionnels anticipent à 60% une hausse des marchés à horizon 12 mois. S'il n'y a pas de consensus, ils se révèlent donc plutôt positif sur l'évolution à venir des bourses mondiales.

 

« Il va y avoir des moments d'espoir : un vaccin, une élection américaine favorable ou encore une relance économique », reconnaît Didier Saint-Georges de Carmignac. Mais où en sera-t-on 12 mois plus tard ? Sa conviction est que l'on restera dans cet univers où la croissance n'arrive pas à décoller et où cette polarisation va continuer. « Les gagnants resteront les mêmes et les indices étant largement constitués de ces valeurs-là, il y a de bonnes chances qu'ils soient encore plus hauts dans 12 mois », résume-t-il. Finalement, peu importe la direction du marché, miser sur les valeurs de qualité/croissance serait un pari gagnant selon lui, même si les marchés dans leur globalité de progressent pas.

 

Un sentiment partagé par Yoann Ignatiew. Le gérant de Rothschild & Co AM se décrit comme « plutôt haussier », même s'il demeure « plus prudent à court-terme ». M&G Investments se révèle à nouveau moins optimiste, sans pour autant pronostiquer un cataclysme. « Nous voyons un certain nombre de difficultés qui se profilent à la fois en termes de trajectoire de la croissance mais aussi de faillites d'entreprises », prévient Florent Delorme. De son point de vue, le marché sera donc sans grande tendance haussière.

 



Croissance Vs Value : vers une fin de cycle ?

 

Le cycle actuel de surperformance du style de gestion croissance par rapport au value a débuté en 2009. Est-il amené à perdurer ? « Cette surperformance de la croissance n'est pas linéaire », rappelle Didier Saint-Georges. Car au sein de cette lourde tendance de plus de 10 ans, il y a à l'intérieur « des périodes de court-terme, parfois juste quelques mois, où il faut saisir des opportunités ». En commence-t-on une actuellement ? « Il n'est pas exclu qu'avec tous ces plans de relance, il y ait une rotation en faveur de l'Europe ou des cycliques », poursuit le spécialiste. Pour l'instant, Carmignac n'a cependant pas franchi le pas d'investir dans des titres value, tout en restant attentif et capable de flexibilité, caractéristique essentielle de la maison de gestion.

 

Malgré la correction de ces derniers jours, les valeurs technologiques affichent des parcours boursiers spectaculaires ces dernières années. A présent, ne sont-elles pas trop chères ? « Une partie de la tech est aujourd'hui complètement excessive », admet Didier Saint-Georges. Mais a contrario, il repère des perspectives de croissance dans des affaires de technologie, aux Etats-Unis mais aussi en Chine, qui ne sont pas du tout survalorisées d'après lui. « Cela veut dire qu'il ne faut pas jouer le NASDAQ, mais beaucoup plus travailler "bottom-up" », recommande-t-il. C'est-à-dire avoir une approche entreprise par entreprise plutôt qu'investir sur la technologie dans son ensemble.

 

Chez Rothschild & Co AM, la gestion a pris des bénéfices sur certains titres technologiques américains qu'ils détenaient depuis des années comme Facebook. Yoann Ignatiew suggère également de plutôt s'intéresser à la Chine : « Il y a une distorsion, notamment liée à la guerre commerciale, entre certaines valeurs chinoises et la techno US. Nous avons fait un recadrage et avons désormais des valeurs moins évidentes ». En revanche, le gérant ne se coupe pas totalement de la value. « Il y a des choses que vous pouvez avoir dans la value qui sont vraiment peu chères et où il me semble que les risques à court-terme sont limités », juge-t-il.

 


La baisse du dollar est-elle amenée à durer ?

 

Alors qu'il se stabilisait en début d'année dans une fourchette entre 0,89 et 0,93 par rapport à l'euro, le dollar américain s'échange à ce jour autour de 0,84. « Cette baisse est tendancielle parce que l'on a, plus aux Etats-Unis qu'ailleurs, une politique à la fois monétaire et budgétaire qui historiquement a toujours mené à un affaiblissement de la monnaie. En plus de cela, Trump a tendance à utiliser la monnaie comme une arme presque diplomatique », explique Carmignac. Doit-on s'attendre à une poursuite de ce mouvement ? « La tendance est claire et peut continuer, mais il y a des limites à l'exercice : la baisse du dollar est très déflationniste sur les autres, notamment l'Europe », analyse Didier Saint-Georges.

 

Pour Florent Delorme, cette baisse est justifiée puisque les taux d'intérêt ont fortement baissé aux Etats-Unis. Mais il semble moins convaincu par une poursuite ou une accélération de cette tendance dans la mesure où le dollar reste de son point de vue la devise refuge. « Il ne faut pas l'enterrer trop vite car il n'a pas trop d'alternative sérieuse », précise le stratégiste de M&G Investments. « La Banque centrale européenne commence à évoquer ce sujet car la hausse de l'euro ne peut pas être trop importante par rapport aux stratégies économiques déployées dans la zone euro. Le dollar est sans doute allé au bout de sa trajectoire et va se stabiliser à ces niveaux-là », ajoute-t-il.

 

Didier Saint-Georges estime par ailleurs que la baisse du dollar pourrait se faire bien davantage par rapport aux monnaies asiatiques qu'à l'euro, ce qui positif pour la valeur de certains actifs émergents. « Dans des séquences économiques délicates, il vaut mieux avoir un dollar qui ne soit pas trop fort, cela allège la pression de ceux qui se sont endettés en dollar dans les émergents », détaille Florent Delorme.

 

Une inversion de tendance de la parité est-elle synonyme de risque sur la Chine et l'Asie ? Pour Yoann Ignatiew, la trajectoire du dollar ne remet de toute manière pas en cause ses investissements sur cette zone. « A travers les entreprises chinoises, nous ne jouons pas une exposition sur la Chine mais sur le consommateur chinois, ce qui est très différent », partage-t-il. A nouveau, la recommandation est ne pas investir sur un indice dans son ensemble mais de procéder à une sélection au sein de l'univers.

 

 

Faut-il avoir ou non de l'or dans son portefeuille ?

 

Enfin, la question de l'investissement dans cette classe d'actifs doit plus que jamais être abordée. En effet, l'or et les mines d'or ont eu des performances exceptionnelles cette année. Une explosion à la hausse qui a été alimentée avec cet extraordinaire choc économique et par l'environnement de taux d'intérêt réels négatifs. Que faire après cette forte augmentation ?

 

« Structurellement, je pense que l'on est dans ce monde pour un certain temps. Ce n'est pas parce que les mines d'or ont monté de 100% sur les deux dernières années qu'il faut pour autant passer à autre chose. Vous avez aujourd'hui une génération de "free cash flow" qui est en croissance. Même si l'or devait baisser de 300 ou 400 $, les minières font leurs programmes sur des données à 1400 $ et il y aura une redistribution au niveau de l'actionnaire », tient à rassurer Yoann Ignatiew de Rothschild & Co AM, qui reste fortement positionné sur les mines d'or.

 

La société Carmignac est également connue pour apprécier le métal jaune. Or, les banquiers centraux nous garantissent que les taux d'intérêt vont rester très bas et qu'ils le resteraient même si l'inflation remonte, comme l'a annoncé la Fed fin août. Cela veut dire que les taux d'intérêt réels pourraient devenir extrêmement négatifs, ce qui naturellement serait une très bonne chose pour l'or. Ainsi, Carmignac loue plus que jamais les qualités offertes par l'or au sein d'un portefeuille. « Les pouvoirs publics sont prêts à "euthanasier le rentier" et la seule façon qu'il puisse se défendre est de se protéger contre cette pratique. L'or se justifie dans un portefeuille pour cette raison. C'est aussi un actif qui brille quand il y a beaucoup d'incertitudes. En construction de portefeuille, si j'étais Conseiller en Gestion de Patrimoine, je recommanderais à mes clients d'avoir une allocation en mines d'or », affirme Didier Saint-Georges.

 

 

Cet article a été rédigé par la rédaction de H24 Finance pour Boursorama. Tous droits réservés.


@H24Finance
Pierre Premier Gestion (PPG)
Eleva Capital

Buzz H24


AXA IM

Perf. YTD
OPCVM PEA

Cliquer sur un fonds de la sélection H24
Pictet AM

Perf. YTD
OPCVM Obligations Convertibles

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Perial

Perf. YTD
OPCVM Obligations

Cliquer sur un fonds de la sélection H24

Powered by Morningstar


Mainfirts